La politique d'Auguste

Publié le par gallicusmagister

Cinna fait un peu figure d'un enfant grondé par son père.
 


Quel était ton dessein, et que prétendais-tu
Après m’avoir au temple à tes pieds abattu ?
Affranchir ton pays d’un pouvoir monarchique ?
Si j’ai bien entendu tantôt ta politique,
Son salut désormais dépend d’un souverain,
Qui pour tout conserver tienne tout en sa main ;
Et si sa liberté te faisait entreprendre,
Tu ne m’eusses jamais empêché de la rendre ;

Tu l’aurais acceptée au nom de tout l’Etat,
Sans vouloir l’acquérir par un assassinat.

Quel était donc ton but ? d’y régner en ma place ?
D’un étrange malheur son destin le menace,
Si pour monter au trône et lui donner la loi
Tu ne trouves dans Rome autre obstacle que moi,
Si jusques à ce point son sort est déplorable,
Que tu sois après moi le plus considérable,

Et que ce grand fardeau de l’empire romain
Ne puisse après ma mort tomber mieux qu’en ta main.

Publié dans L'empereur Auguste

Commenter cet article