Cauchemars

Publié le par gallicusmagister

Quel anneau magique tient ensemble le double grimaçant, le fantôme apparu, le diable à votre service, la statue qui s'anime ou la métamorphose?

Si vous insistez en appuyant sur le lecteur, vous entendrez l'impressionnant Kyrie de la Messe de Requiem de W.A.Mozart.


J'ai envie de répondre: le rêve, ou plutôt le cauchemar. Comme nos cauchemars sont intéressants! Regardez-les!

Füssli est devenu célèbre grâce à ce tableau exposé à Londres en 1782.

Que voyez-vous?

























Vous pouvez aussi diriger votre regard vers des peintres plus riches, qu'on appelle "symbolistes".





Ainsi Gustave Moreau peint avec de curieuses couleurs dans les années 1890 de bien curieux sujets mythologiques tels Jupiter et Sémélé (à gauche) ou Salomé dansant devant Hérode (à droite).
Il existe un très important musée Moreau à Paris.

Que voyez-vous?




Evidemment, si on demande à un pauvre peintre de dessiner le diable, vous le rendrez heureux.
Le plus incroyable étant sans doute le peintre flamand Jérôme Bosch tant admiré des rois d'Espagne à l'époque où Christophe Colomb découvrait les Amériques.
















Je termine cet article en tremblant devant le chef d'oeuvre du cinéma muet allemand: NOSFERATU, de Murnau. C'est un très vieux film (1922), mais notre imagination est aussi une très vieille chose...




Commenter cet article

Marie 15/12/2008 21:01

Le monde du fantastique vient tout droit de notre imagination... Mais comment avons nous réussi à créer un monde entier rempli de centaures, dragons, minotaures et autres? Est-ce que la mythologie grecque peut nous éclairer sur ce point? Cela semble fou que des images telles que celles que l'on voit ici puissent sortir de l'imagination d'un être humain! On en vient à se demander si cela est même possible... Ou alors le fantastique existe bel et bien et ce monde est entré en interaction avec nous?

gallicusmagister 15/12/2008 22:55


Aujourd'hui encore nous sommes capables de mythologie, d'une part grâce à des artistes originaux (il y en a), d'autre part grâce aux grandes passions qui s'emparent des foules qui se portent vers
les idoles du sport, les vedettes médiatiques, et aussi vers les religions, qui sont fortement mythologiques - j'ai même eu un élève qui disait: le foot est une religion, l'OM est son temple. Il
était un peu sonné, mais combien de gens le sont? et pour des motifs moins généreux encore? Mon sentiment est que les plus scientifiques de nos contemporains sont imprégnés de mythologie, qu'ils
l'avouent ou non, qu'ils le sachent ou non. La vraie déception de l'époque moderne concerne la qualité médiocre de nos mythes: ça manque de style bien souvent, ça manque de force. C'est en partie
pour ça que nous nous tournons encore et toujours vers les indémodables mythologies grecque, hindoue, chinoise ou japonaise. A l'époque moderne les mythes semblent avoir du mal à se développer, on
se méfie d'eux, on les méprise, on les rabaisse, on les prend pour des maladies. ET NOS MYTHES NOUS RESSEMBLENT HELAS! PUISQUE C'EST NOUS QUI LES CREONS AU PLUS OBSCUR DE NOUS-MEMES.